Fin de la grève des employés du registrariat de l’Université de Sherbrooke

Sherbrooke, le jeudi 18 août 2011 – La quarantaine d’employés du Bureau de la registraire de l’Université de Sherbrooke sont rentrés au travail jeudi matin, après avoir déclenché la grève à 8h30 mercredi matin. L’avis de grève déposé en fin de journée mercredi stipulait une durée de 24 heures. Pour le syndicat des employés de soutien, c’est la fin d’une étape des moyens de pression visant à obtenir enfin un règlement négocié. En effet, les 120 employés de soutien affectés à la recherche sont sans convention collective depuis le 16 juin 2006, soit plus de 5 ans. Quant aux 1280 autres, leur contrat de travail est échu depuis le 31 décembre 2008, soit plus de 31 mois.

«Notre message est très clair : nous avons fait preuve de patience, nous avons trop attendu et c’est le temps de régler. Dans le meilleur intérêt de tous, la direction de l’université doit négocier avec sérieux à très brève échéance. Elle ne pourra pelleter le dossier au-delà de la rentrée», selon Stéphane Caron, président du Syndicat des employées et employés de soutien de l’Université de Sherbrooke (SEESUS-SCFP 7498).Par ailleurs, les représentants syndicaux se sont entendus jeudi matin avec l’université dans le cadre de la requête en injonction provisoire déposée en Cour supérieure par l’employeur. La Cour a donc émis une injonction interlocutoire qui fixe des balises aux actions que peut mener le SEESUS. «Nous allons respecter les consignes de la Cour supérieure, qui nous permettront de manifester et de nous exprimer dans des paramètres raisonnables», a ajouté Stéphane Caron.