Info-négo

14 février 2011

Le conciliateur ayant des disponibilités limitées à cause du dossier des procureurs de la couronne, les parties s’entendent d’un commun accord d’annuler la rencontre du 14 février. Cela ne réjouit évidemment personne ici, mais présentement il s’agit d’une nouvelle réalité avec laquelle il nous faudra composer.

Lors de la prochaine rencontre du 23 février, il est prévu que la partie patronale répondra à notre dépôt du bloc 4 (annexes et lettres d’ententes) et déposera ses propositions sur le bloc 5, portant sur les avantages sociaux et la rémunération.

9 février 2011

Nous avons mis beaucoup de temps à préparer notre dépôt du bloc 4. Il s’agit effectivement d’un gros bloc : toutes les annexes et les lettres d’entente de la convention collective. Nous sommes dans l’attente des réponses patronales à notre dépôt.

À ce moment-ci de la négociation, le comité de négociation constate qu’à chaque fois que la moindre demande syndicale comporte, ne serait-ce qu’une minime incidence monétaire, elle se voit systématiquement effacée du tableau.

Dans notre esprit, de plus en plus, s’imposent 2 images pour décrire l’incommensurable ouverture dont fait preuve la partie patronale : vous avez le choix entre « rétrécir comme peau de chagrin » ou encore « de plus en plus de la grandeur du chas d’une aiguille ».

2 février 2011

Le conciliateur annule la rencontre du 2 février, car il est retenu par une séance de négociations intensives entre les procureurs de la couronne et le gouvernement du Québec. En effet, il a été désigné par le ministre du Travail pour agir comme conciliateur dans ce dossier.

24 janvier 2011

Aux fins de vérification et question de faire le point sur le bloc 1, le conciliateur remet aux parties un résumé des points sur lesquels il y a entente et ceux sur lesquels nous divergeons d’opinion. Cela nous permet de mieux voir le chemin parcouru réciproquement pour parvenir à une entente et de cerner ce qui achoppe encore.

La partie patronale répond à notre dépôt précédent sur le bloc 2 (mouvement du personnel) et dépose son offre globale sur le bloc 3, c’est-à-dire le chapitre 6 sur le perfectionnement, le chapitre 7 sur les conditions générales et particulières de travail et le chapitre 10 sur les dispositions particulières. Nous nous retirons pour analyser la chose et revenons avec des contre-propositions que la partie patronale examine à son tour, pour finalement nous revenir et les balayer pratiquement toutes du revers de la main.

Force est de constater que l’ouverture qui prévalait lors des premières rencontres de janvier s’est considérablement effritée. La négociation continue d’avancer, mais selon nous, la partie patronale tend à rester sur ses positions de départ.

19 janvier 2011

Lors de cette rencontre, la partie patronale nous donne ses réponses concernant nos contre-propositions sur le bloc 1 (chapitres 1, 2, 3 et 9). Malgré une plus grande ouverture de part et d’autre, il reste encore quelques divergences.

Nous déposons notre proposition globale concernant le bloc 2, c’est-à-dire le chapitre 4 portant sur le mouvement de personnel. Dans ce chapitre, c’est surtout la partie patronale qui est en demande avec son intention clairement exprimée de pouvoir toujours mettre la « bonne » personne à la bonne place. En théorie, cela devrait faire le bonheur de tout le monde, mais en pratique, c’est une tout autre histoire qui pourrait ouvrir la porte au favoritisme et même devenir un frein au mouvement du personnel. Dans ce contexte, vous comprendrez que nous voulons maintenir des règles justes et équitables qui permettent le mouvement de personnel, tout en favorisant le développement des personnes pour qu’elles puissent en retour faire bénéficier l’Université de leur riche expérience chèrement acquise au fil des ans. Il nous apparaît clairement qu’aller dans le sens des demandes patronales ne servirait pas nos membres.

Nous déposons aussi l’article 2.3 intitulé « Dispositions particulières applicables aux personnes salariées temporaires ». D’un commun accord, les dispositions qui pourraient toucher les membres de la recherche sont reportées à une rencontre ultérieure.

Vers 11 h, la partie patronale demande de se retirer pour préparer la réponse à notre dépôt et son propre dépôt du bloc 3 prévu pour la prochaine rencontre. Nous convenons donc d’ajourner pour que les 2 parties puissent travailler chacune de leur côté sur la suite des choses.